(enfin)

UN HOMME QUI RANGE

_DSC4203.jpg

Le déclic

Lors de notre emménagement à Bordeaux, un défi de taille nous attendait : réussir à intégrer une montagne de cartons dans un studio de 35m2. 

Connaissant mon attrait pour l'organisation et le rangement, ma compagne (qui a tendance à mettre le bazar partout) m'a laissé carte blanche. 

Après une bonne journée de travail, elle a été surprise de voir que toutes nos affaires avaient trouvé une place adaptée, et qu'il nous restait même de l'espace ! C'est alors qu'elle m'a dit "Thomas, je trouve que ranger, organiser, faire en sorte de libérer de l'espace, c'est inné chez toi ! Pourquoi tu n'en ferais pas profiter les autres ? Et en plus, tu adores ça !"

Mon parcours

Effectivement, au cours de notre discussion, je me suis rendu compte que j'ai toujours mis en place une organisation adaptée pour gagner du temps et de l'espace au sein de mon parcours professionnel.

 

 

De nature autodidacte, j'ai quitté les bancs de l'école à 16 ans pour commencer à travailler dans la restauration gastronomique. Durant dix années, j'ai eu la chance d'évoluer au sein de maisons prestigieuses ; que ce soit à Paris pour des chefs comme Michel Rostang, Guy Savoy ou encore Pierre Gagnaire et en Suisse pour Anne-Sophie Pic ou Philippe Chevrier. 

La restauration est un domaine d'activité où la rigueur et l'exigence sont de mise, notamment dans le secteur du luxe. J'y ai appris la précision, le sens du détail, la productivité.

Après 10 années dans ce secteur et de belles évolutions professionnelles, j'ai décidé de tourner la page afin d'avoir la liberté de mettre mes idées à profit. 

_DSC4108.jpg
_DSC3940.jpg

Belorga

Mon goût pour l'architecture, la photographie et le contact humain m'ont orienté vers le domaine de l'immobilier. J'ai donc intégrer avec plaisir l'agence Stéphane Plaza à Fargues Saint-Hilaire. 

C'est en visitant de nombreuses maisons et en échangeant avec leurs propriétaires que je me suis rendu compte qu'il y avait un réel besoin.

 

En effet, nous sommes nombreux à avoir le sentiment d'être dépassés par notre intérieur, générant du temps perdu, du stress et une charge mentale inutile.

 

Nous accumulons énormément d'objets, jusqu'à parfois en oublier l'existence, ce qui in fine revient à en perdre la valeur marchande.

Sans parler de l'impact environnemental qu'entraine cette surconsommation. 

Aider les gens à se sentir mieux chez eux, à réduire leur charge mentale, et les sensibiliser quant à une consommation plus durable est pour moi une évidence. 

C'est pourquoi, j'ai créé Belorga !

parce qu'après tout, qui a dit qu'un homme ne pouvait pas ranger et organiser ? 

Thomas Belhabchia